Au quotidien, Tranches de vie

Intime

C’est peut-être à cause des journaux intimes que j’ai toujours cru que c’était quelque chose de honteux, l’intimité.
C’est peut-être à cause de leurs cadenas, sur ceux que l’on me vendait enfant, que je croyais que je ne devais y écrire que des secrets.
C’est peut-être parce qu’on dit parfois « intimité » pour parler de sexualité que j’ai longtemps cru que c’était une question charnelle.

Il n’y a pas de cadenas, sur les livres, pas plus que sur les films qu’ils m’ont fait découvrir.   Ce ne sont pas des secrets, ces livres et ces films. Elles ne sont pas honteuses nos discussions qui durent des heures à blablater sur nos personnages préférés des animés qu’il me fait regarder.
Je crois qu’ils sont ce que l’on partage de plus intime pourtant.
C’est du moins cette intimité que je préfère partager.

J’aime sourire en entendant parler de ses philosophes préférés, j’aime ces heures passées à regarder les films dont il m’a parlé. J’aime reconnaitre ces gens que j’aime dans ce qu’ils me font découvrir.
J’aime ne pas les reconnaitre aussi parfois, et apprendre encore un peu d’eux. La surprise.
J’aime sortir de cours le sourire jusqu’aux oreilles parce que ce type dont on m’a parlé toute l’heure me rappelle sacrément ce que j’ai pu voir en cet ami qui m’en a tant parlé. J’aime sourire en l’imaginant rire devant ses films, j’aime les regarder en notant dans un coin de ma tête tout ce dont il faudra que l’on parle une fois le film terminé.
J’aime me plonger avec quelques années de retard dans un bouquin qu’il m’a conseillé, et sourire de toutes mes dents à cause des souvenirs.
J’aime par dessus tout ouvrir, fouiller, chercher les livres dont ces gens que j’aime m’ont parlé. J’aime trouver des livres qui me font penser à elle, à qui je n’ai pas parlé depuis maintenant quatre ans, j’aime tomber sur leurs cadeaux pour mes 18 ans.

J’aime cette intimité qui ne se dit pas. Cette intimité qu’on peut crier, qui n’a rien d’amoureuse ou de charnelle mais qui m’émeut finalement bien plus que tout ça.

Il y a quelque chose de très personnel dans le fait de conseiller ce que l’on a aimé. Il y a toujours une prise de risque. On livre un bout de soi, dans un livre, ou dans un film. Ce n’est pas juste une histoire, une pensée ou encore des images que l’on conseille. Il y a quelque chose de plus. Il y a un bout de soi dans ce que l’on aime. Un petit quelque chose qui parle de nous avec plus de vérité encore que quand on se raconte soi-même. Il y a toujours un risque que l’autre n’aime pas, non pas le contenu de l’œuvre, mais ce qu’il y lit de nous. Un risque.
Il y a une intimité dans ces échanges que je ne saurais retrouver ailleurs. Une prise de risque, une vraie, un partage aussi.
J’ai rarement tant souri qu’en tenant dans mes mains un bouquin me donnant l’impression d’entrer dans le sillage de gens que j’ai aimés. J’ai rarement tant trépigné qu’en reconnaissant ces amis, ces amours dans ce que je lisais. J’ai rarement eu le sentiment d’être si proche d’eux qu’en pénétrant cette intimité artistique. J’ai rarement eu la sensation d’être à ce point mise à nue qu’en recevant le livre, celui qui colle parfaitement en tout point et qui fait dire « Lui, vraiment, il me connait bien ».
Je peux avoir l’air un peu folle à rougir, m’agiter parfois lorsqu’un professeur que j’aime particulièrement a le bon goût de parler de Proust en cours, à m’enthousiasmer plus que de raison quand on me parle d’un auteur que j’aime sans le savoir, à savoir en un instant que je m’entendrai bien avec ce type qui aime Céline autant que moi.

Elle ne se dise pas intimes pourtant, les amoures cinématographiques, littéraires, philosophiques aussi… Elles sont parfois au grand jour, au vu et au su de tous. Mais l’intime ne demande pas toujours de cadenas. Il se cache bien souvent dans ce que l’on ne prend pas le temps de regarder. Il se planque dans les bribes de ce que l’on aime, bien plus que dans ce que l’on cache ostensiblement.
Il n’est meilleure cachette que la plus discrète. Mettre un peu de soi mêlé aux mots d’un autre.

Merci à vous, qui partagez des bouts de vous un peu avec moi.

IMG_8468
Librairie Memoranda, Caen

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s